Ce qui se passe dans ta tête - Coach College, le livre
/index.php
Les thèmes abordés

Ce qui se passe dans ta tête

Si tu as lu les pages 12 à 19 de Coach Collège, tu sais que chacun a une façon différente de comprendre, d’apprendre et de se souvenir de quelque chose. Pour t’aider à découvrir ta façon de fonctionner, tu peux passer le test de notre partenaire apprendreaapprendre.com. Une fois que tu sais de quelle manière tu préfères apprendre, voici les quelques étapes que nous décrivons dans Coach Collège pour utiliser ta mémoire au mieux : 1.Te mettre en projet d’utiliser une information. C’est-à-dire t’imaginer dans le contexte où tu l’utiliseras. 2.Utiliser ta façon de fonctionner pour donner du sens à une information. 3.Vérifier que ce que tu as imaginé est correct. 4.Vérifier que tu es capable de retrouver l’information dans ta mémoire. Voici quelques éléments qui te permettront d’aller encore plus loin pour découvrir comment utiliser ta mémoire de façon plus efficace. Lorsque tu as une information à retenir, tu la « traduis » à ta manière : plutôt avec des images si tu es visuel, plutôt avec des mots si tu es auditif, en ajoutant des sensations ou du mouvement si tu es kinesthésique. Pour pouvoir utiliser ce que tu as compris et retenu, il faut le traduire de nouveau selon ce qu’on te demande. 1er cas : On te demande d’écrire une réponse. - Si tu es plutôt visuel, il faut que tu traduises tes images avec les mots exacts. Sinon, même si tu as toutes les informations en mémoire, tu ne pourras pas les exprimer correctement. Exemple : si tu as l’image d’un pharaon en tête, il faut que tu retrouves le mot « pharaon » associé à cette image. - Si tu es plutôt auditif, il faut que tu traduises ce que tu t’es raconté avec les mots justes. Exemple : si tu penses au roi de l’Égypte, il faut que tu retrouves le bon mot « pharaon » associé à ta définition. - Si tu es plutôt kinesthésique, il faut que tu traduises tes sensations, tes mouvements en mots. Exemple : si tu t’es fabriqué la sensation de quelqu’un d’assis très droit sur un trône, avec un sceptre dans la main, il faut que tu retrouves le mot « pharaon » associé à cette sensation. 2e cas : On te demande de réaliser un graphique, un schéma ou une carte - Si tu es plutôt visuel ou kinesthésique, il faut te redonner le modèle ou l’image présente dans ta tête, le plus précisément possible. - Si tu es plutôt auditif, il faut retrouver comment tu t’es raconté la carte, et te servir de ces explications pour la recréer. Exemple : si tu t’es dit « en haut à droite ce sont des plaines », colorie ou hachure ce qu’il faut sur la carte. Il faut ensuite vérifier que ce que tu as écrit ou dessiné correspond à ce que tu avais en tête. Car parfois, on a certaines informations en tête et on croit les avoir inscrites. Mais en vérifiant sur sa copie, on s’aperçoit parfois : - qu’on en a oublié une partie, - qu’on n’a pas écrit exactement ce qu’on voulait écrire, - qu’on a écrit quelque chose de compréhensible pour soi, mais pas pour la personne qui va nous lire. Et puis, il faut bien sûr que ce qu’on a écrit réponde à ce qui a été demandé, pour ne pas être hors sujet. Comme un sportif au ralenti Ces différentes étapes peuvent paraître compliquées et longues. En réalité, tu les effectues sans doute déjà, sans vraiment t’en rendre compte, pour les choses que tu retiens sans problème. Par exemple pour connaître par cœur les paroles d’une chanson ou les noms d’une équipe de foot. Ce qu’on vient de faire, en détaillant tout, c’est un peu ce que fait un sportif quand il regarde son geste au ralenti. Si tu souhaites appliquer cette méthode pour tes cours, commence par t’entraîner chez toi. Car au début cela prend un peu plus de temps. C’est comme un sportif ou un musicien qui a besoin de répéter les gestes d’abord lentement pour savoir les réaliser correctement. Très vite, il peut accélérer et ne se rend plus vraiment compte de son effort : tout se fait naturellement. De la même manière, toutes ces étapes se feront très vite dans ton cerveau si tu en prends l’habitude. Ajoute des cordes à ton arc. Et n’oublie pas, même si tu utilises parfois davantage une façon de fonctionner, tu utilises également un peu les deux autres. Une fois que tu auras bien découvert et maîtrisé ton mode de fonctionnement principal, tu pourras essayer de développer les autres. Car plus tu sauras les utiliser, et plus apprendre, réfléchir sera facile. Tu pourras en effet les utiliser ensemble. Par exemple, si tu te racontes ton cours tout en faisant des images, tu le retiendras encore mieux. C’est également plus d’outils que tu auras à ta disposition. Tu pourras privilégier l’un ou l’autre suivant les tâches qu’on te demande. Une carte à dessiner, une définition à apprendre par cœur… Cela te permettra d’adapter à chaque tâche la manière de faire la plus efficace. Tes résultats sont en dents-de-scie d’une année sur l’autre ? Parfois, il arrive que pour une même matière, les résultats soient bons une année, et moins bons une autre. Lorsqu’ils baissent, c’est peut-être parce que le prof ne fonctionne pas de la même manière que toi. Par exemple, s’il parle beaucoup alors que tu as besoin d’images, tu auras plus de mal, et inversement. Dans ce cas, fais justement davantage l’effort de traduire, d’imaginer les informations qu’il te donne à ta manière.